Les équipes en charge du reporting financier dans l’industrie des fonds pourront souffler en 2020. L’année sera calme sur le plan de la mise en conformité réglementaire. Et si, plus que de souffler, vous mettiez cette période apaisée à profit pour améliorer la production opérationnelle de vos rapports, vers plus d’efficience, et pour vous donner les capacités de mieux appréhender les réglementations à venir ?

« Ces dernières années, les acteurs de l’industrie des fonds ont eu fort à faire pour garantir leur conformité vis-à-vis d’une réglementation en forte évolution », explique Steve Verlinden, COO de Nadi Solutions. Les exigences introduites par UICTS IV et V, d’AIFM, de PRIIPS, pour n’évoquer que les principaux chantiers réglementaires, ont entraîné la production de nombreux nouveaux rapports destinés, tantôt aux autorités de marchés, tantôt directement aux investisseurs. De cette vague réglementaire a découlé une réelle complexité en matière de reporting. « Les échéances se sont succédé à un rythme effréné, obligeant les acteurs à s’adapter sans cesse pour s’assurer d’être en conformité. Peu importe la manière, il fallait que les rapports sortent… », poursuit Steve Verlinden. 


Souffler un peu et améliorer les processus 

L’année 2020 fait figure d’exception. Les équipes en charge du reporting vont profiter d’une petite accalmie sur le plan réglementaire. Pour beaucoup, cette période plus apaisée permettra de souffler un peu. Pour certains, elle constitue surtout une opportunité de prendre du recul afin d’avoir une vision globale de la gestion opérationnelle actuelle « Ces dernières années, les personnes en charge de la production des rapports ont davantage été dans la réaction plutôt que dans la prévoyance, explique Damien Vandelaer, Head of Client Services au sein de Nadi Solutions. Dans ce contexte, ils n’ont que rarement eu l’opportunité de prendre le temps d’harmoniser les rapports, de réfléchir aux leviers d’efficience opérationnelle et aux moyens de les activer. » 


Simplifier les processus pour plus d’efficacité

Et si 2020 permettait de remettre de l’ordre dans tout cela ? « L’enjeu est de profiter de cette période plus calme pour repenser l’existant vers davantage de cohérence, vers une simplification des processus en place afin de gagner en efficacité », poursuit Damien Vandelaer. 

Dans beaucoup d’organisations, la production de chaque rapport implique encore bien trop d’interventions manuelles. Dans de nombreux cas, on a dupliqué les données à travers divers processus, entraînant des risques d’erreurs plus importants. L’autre conséquence réside, souvent, dans un manque de cohérence entre les rapports. « La multiplication des processus a entraîné une réelle complexité opérationnelle qui rend difficile aujourd’hui la prise de recul nécessaire à l’obtention d’une vision globale. Beaucoup ont déployé une multitude d’outils, chacun d’eux étant destiné à produire un type de rapport spécifique. Faire cohabiter toutes ces solutions peut s’avérer assez compliqué et leur maintien coûteux dans le temps », commente Damien Vandelaer. 


Automatiser et garantir la qualité de la donnée

L’actuelle période d’accalmie réglementaire constitue une réelle opportunité d’améliorer la production du reporting, en rationalisant les processus, en adaptant les outils vers plus d’efficience. « C’est une période propice pour se poser et prendre un peu de recul pour analyser comment sont produits les divers rapports et quels sont les leviers d’optimisation », explique Steve Verlinden. L’un des enjeux est d’automatiser au maximum la production de l’ensemble des rapports. Veiller à la qualité des données, en parvenant à produire l’ensemble des rapports en allant les chercher à la source et en évitant de les dupliquer, est aussi crucial. 


Une seule solution pour tous les rapports

Dans ce contexte, Nadi Solutions entend mieux soutenir les équipes de reporting, en simplifiant le processus opérationnel de production de l’ensemble des rapports, pour qu’elles puissent gagner en autonomie et en efficience. « Une seule solution permet de produire l’ensemble des rapports en s’alimentant en données directement auprès du système comptable, explique Damien Vandelaer. Au-delà de la configuration de l’application, les rapports pourront être produits de manière automatisée, avec un maximum de contrôles. Une même donnée va pouvoir être utilisée au sein de 15 rapports. Cela permet de garantir une cohérence sur l’ensemble de la production. » 


Mieux appréhender les exigences à venir

Cette période d’accalmie réglementaire, plus que de constituer une belle opportunité de renforcer l’efficience opérationnelle de la production des rapports, doit aussi permettre aux organisations de mieux se préparer pour l’avenir. « D’autres réglementations sont attendues. Elles impliqueront la création de nouveaux rapports ou d’adapter ceux qui doivent être produits aujourd’hui, explique Steve Verlinden. Les acteurs de l’industrie des fonds ont tout intérêt à se donner les capacités de mieux appréhender les exigences à venir, afin de faciliter la mise en conformité et en limiter le coût. » 


Les organisations ont tout à gagner à profiter de cette période d’accalmie pour préparer l’avenir.